Jeux d’enfant

Cet enfant du 16 au 20 nov | Théâtre Jean Arp à Clamart

Avec sa version jouet de Cet enfant, Solène Briquet jette un nouvel éclairage sur la pièce de Joël Pommerat.

Elle est toute jeune Solène Briquet, 25 ans ou 26 ans à peine. Les camarades avec qui elle signe sa première mise en scène en conditions pro, n’ont pas beaucoup plus. Et leur jeunesse offre à Cet Enfant de Joël Pommerat, pièce sur la difficulté des rapports parents enfants, un écho très particulier. Ainsi, lorsque dans la première saynète Solène Briquet joue le rôle d’une future mère qui imagine monts et merveilles pour son enfant, son minois de tout jeune femme offre un véritable miroir à l’immaturité du propos de son personnage. Image parfaite de la fille-mère, annonciatrice de catastrophes futures.
Marionnettiste issue de l’université Paris III — rares sont ceux qui ne sortent pas de l’école de Charleville-Mézières ! — et formée au gré de rencontres fondatrices telles que celles de François Lazaro, Jean-Pierre Larroche ou Sylvie Baillon, la jeune artiste aboutit à une vraie trouvaille formelle avec ce texte. Pour répondre à la structure éclatée de la pièce qui pose chaque fois une nouvelle situation à résoudre dramaturgiquement, elle a choisi de décliner la figure du Playmobil, jouet typique et connu de tous, sous différentes formes (à gaine, masques, marionnettes à prise directe, ombres et projections) et différentes échelles.
Cette variété au rendu très ludique a pour effet de mettre à distance le tragique du texte, sans pour autant le désamorcer, et de favoriser l’émergence de l’humour qui existe bel et bien chez Pommerat, fut-il grinçant. Dans un deuxième temps pourtant, le tragique ressurgit et la violence du propos éclate : les relations parents enfants nous apparaissent alors comme une suite de manipulations où les enfants seraient comme des jouets dans les mains des adultes, mais l’inverse peut se produire également…
Autre belle trouvaille, les transitions aménagées avec un musicien à la forte présence, Bastien Lambert, homme de très petite taille affublé d’une très grande contrebasse, qui malmène à loisir son instrument et incarne ici une figure étrange et insolente de l’enfant. Indubitablement, Solène Briquet nous démontre avec brio que l’univers de Pommerat est soluble dans la marionnette ! On en aura d’ailleurs une nouvelle preuve sur la scène du même théâtre Jean Arp de Clamart (en mars, hors Mar.T.O.) où l’équipe allemande du Puppentheater Halle adaptera Ma chambre froide, la dernière pièce de Pommerat en marionnettes à physionomie réaliste cette fois.

Maïa Bouteillet

avec Solène Briquet (mise en scène comédienne-marionnettiste),
Cécile Lemaitre (comédienne-marionnettiste),
Hugo Quérouil (comédien-marionnettiste)
Nicolas Burlaud (collaboration artistique et création vidéo), Bastien Lambert (musicien et interprétation)
Mathieu Ponchelle (création lumière)
construction marionnettes et décor
Arnaud Louski-Pane,
Lua Geiser,
Coralie Maniez, Marion Laurans
et la cie La Magouille
coproduction La Ferme Godier-Cie Issue de Secours (93), L’Atelier à Spectacle–Scène régionale de Dreux (28), L’Hectare de Vendôme-Scène Conventionnée pour les Arts de la piste, le Théâtre d’objet et la Marionnette (41), Le Théâtre Jean Arp à Clamart-Scène Conventionnée pour les Théâtres de Marionnette (92), le Cirque Albatros (69) | partenaires et soutiens Le Tas de Sable-Cie Ches Panses Vertes (80), Le Théâtre aux Mains Nues (75), Le Clastic Théâtre (92), Cie KompleXKapharnaüM-En CourS (69), L’Espace Périphérique – Ville de Paris et Parc de la Villette (75), Le Moulin (27) | remerciements Sylvie Baillon et Eric Goulouzelle, Marie Godefroy, La Maison du Théâtre à Amiens, Patrick Boutigny, Eloi Recoing, Olivier