SAVANNA, BESTIAIRE FANTASTIQUE

Amit Drori | création | théatre visuel

SAVANNA, UN PAYSAGE POSSIBLE
29 nov › 3 déc
mar, ven, sam 20h30 | mer, jeu 19h30
durée env.1h
Théâtre 71 à Malakoff

À voir Savanna, un paysage possible, la dernière création d’Amit Drori, on se dit qu’à l’avenir il faudra suivre ce jeune artiste israélien de près. Tant son spectacle s’apparente à une recherche au long cours sur la poétique des robots.

On peut aussi y lire un propos écologique aussi puisque Savanna qui, propose au fil de tableaux composés en direct l’image paradoxale d’une nature artificielle, se présente comme une forme de rêverie nostalgique autour de l’idée de paradis perdus. Cette idée s’apparentant ici très nettement à la faune sauvage, est associée par le commentaire d’une voix off — dont on aurait bien préféré qu’elle parle en hébreu — à l’enfance. Une petite antilope, délicate et rapide, un peu mascotte, traverse le plateau sur deux roues. Et deux éléphants majestueux aux grandes oreilles mobiles, une mère et son éléphanteau, animaux en voie de disparition aux comportements sociaux extrêmement élaborés. Ainsi la structure de bois brut des marionnettes-robots d’Amit Drori — du même bois dont sont faites les caisses de transport ostensiblement laissées sur le plateau — porte-t-elle en son sein des mécanismes sophistiqués. Cette simultanéité de l’envers et de l’endroit, de la coulisse et de la scène, du montré et du caché (les câbles, les ordinateurs, les télécommandes, tout est à vue), présentés comme un tout, manifeste une volonté de couper court à toute illusion qui n’enlève rien à la beauté des tableaux. Cependant il arrive que la complexité de la mise en place
des scènes — le temps que cela prend et le nombre d’intervenants que cela requiert — suscite une attente qui prend parfois un peu trop le pas sur le résultat.

Compagnon du Train Theater, compagnie israélienne qui créé principalement pour le jeune public, Amit Drori a déjà signé une demi douzaine de spectacles en son nom. Et se plaît, tel un inventeur de machines passionné, à explorer à chaque fois de nouvelles pistes électroniques. Son approche de la marionnette est avant tout visuelle.

Maïa Bouteillet

<sjcycle66|center>

Théâtre 71 à Malakoff

un projet d’Amit Drori | mise en scène et conception Amit Drori | avec Amit Drori, Sylwia Drori, Gai Sherf, Jérôme Vernez et Inbal Yomtovian |
scénographie Noam Dover | design des projections Michal Sara Cederbaum | vidéo Jérôme Vernez | musique Gai Sherf | animation et manipulation des animaux Sylwia Drori et Inbal Yomtovian
production déléguée Théâtre Vidy-Lausanne | coproduction Bonlieu Scène Nationale d’Annecy, Culturescapes Basel | avec le soutien de l’Ambassade d’Israël en France, Mamuta Pasal Center of Arts, Jerusalem